Pèlerinages de l'année 2013


Fatima & Avila (Octobre 2013)

Partis d’Avignon, un premier groupe de 33 pèlerins est passé par Bayonne, le sanctuaire de la Covadonga, Saint Jacques de Compostelle, Guimaraes avant de rejoindre à Coimbra l’autre groupe composé du même nombre de pèlerins arrivés par la voie des airs.
Nous avons visité l’Université puis nous avons fait route ensemble vers Fatima.
Le dimanche 13 octobre nous nous sommes retrouvés comme des milliers de pèlerins sur l’esplanade du sanctuaire pour commémorer une des apparitions de Notre Dame aux enfants de Fatima.

Le 13 octobre 1917, des milliers de personnes regardèrent le miracle du soleil dans le ciel de Fatima. C’était le miracle demandé par les enfants et promis par Notre Dame pour confirmer la vérité des apparitions.
En ce même dimanche 13 octobre, le pape François a consacré le monde au Cœur immaculé de Marie, aux pieds de la Vierge de Fatima transportée spécialement à Rome pour l’occasion.

Quelle émotion de se retrouver dans la Chapelle des Apparitions au moment ou un corps d’élite des Pompiers viennent chercher la statue de Notre Dame pour la procession solennelle avant l’Eucharistie.

Pris dans cette foule très profondément recueillie et silencieuse nous avons participé et communié à la ferveur de tout un peuple auprès de Notre Dame, et que dire de la célébration de l’Adieu qui clôture la fête. Tous ces mouchoirs blancs qui saluent Notre Dame lorsque les militaires ramènent la statue dans la chapelle des Apparitions.

Le 14 octobre nous partons pour Avila, en passant par la Ciudad de Rodrigo. Comment ne pas faire mémoire des tirades du Cid que nous apprenions dans notre enfance… :
« O rage, O désespoir, O vieillesse ennemie, n’ai-je donc tant vécu... »

Mardi 15 octobre nous voici à Avila pour les fêtes Thérésiennes. Participation aux processions typiques, religieuses et très empreintes de piété populaire, où toutes les générations confondues des communautés, civiles, militaires, nobles et religieuses viennent honorer Sainte Thérèse et lui offrir des fleurs.

Durant la journée nous avons cheminé dans la ville de chapelle en église pour découvrir le visage intérieur de cette cité médiévale cerné de remparts majestueux.

Revivifiés pas ces journées intenses de festivité spirituelle, nous reprenons la route vers Avignon en passant par le monastère de Santa Maria de Huerta (des Vergers).


Rome (Juin 2013) Année de la Foi

Dès les premières années du christianisme de nombreux chrétiens se rendaient à Rome. Que venaient-ils faire dans la capitale des César, vanter ses forums et ses palais grandioses. Sans doute étaient-ils sensibles aux richesses étonnantes de la ville des villes, mais, parmi tant de trésors, leur cœur en cherchait un autre. Cet autre c’est les tombes de Pierre et de Paul. C’est en prenant appui sur ces deux rocs que tout fut édifié. Fécondée par le sang précieux des martyrs, elle en est le reliquaire. Rome est la forme palpable du Corps Mystique du Christ. Elle en manifeste la croissance permanente. En contemplant la paternité du Pape, l’Eglise prend conscience d’être une famille aux dimensions universelles, la Catholicité. Son histoire, écrite dans ses pierres, s’offre aux pèlerins de Rome en un saisissant raccourci. Ils peuvent, en quelques visites, la revivre dans une communion véritablement universelle.

Sur le trajet à destination de Rome, nous avons fait une étape à Orvieto.
La cathédrale abrite un corporal taché du sang du Christ lors du miracle Eucharistique qui a eu lieu en 1263.

Puis c'est l'arrivée à Rome et la découverte du Vatican.

Le point d'orgue de ce pèlerinage de quelques jours fût l'audience papale du mercredi 19 juin sur la place Saint Pierre et personne n'a été déçu par cette ambiance extraordinaire.

Nous avons également visité les autres basiliques majeures de Rome : Saint Jean de Latran, Sainte-Marie-majeure et Saint Paul hors les murs.
Nous avons terminé ce pèlerinage par une curiosité : la basilique Saint Clément. C'est une des plus intéressantes églises de Rome car trois édifices sont superposés, chacun bâti sur les restes d'un sanctuaire plus ancien. Le niveau le plus profond correspond au sol de la Rome antique du 1er siècle.



Notre Dame de Lumières (Mai 2013)

Ce pèlerinage d'une journée avait pour but de redécouvrir les sentiers oubliés entre l'abbaye de Sénanque et le sanctuaire Notre-Dame de Lumières.

Un temps exceptionnel nous a permis de faire ce trajet d'une douzaine de km (en passant par la pittoresque Gordes et le petit village de Saint Pantaléon où nous avons fait la pause déjeuner) dans les meilleures conditions possibles.

Cette très bonne journée s'est terminée par l'Eucharistie dans la chapelle du sanctuaire.



Conception & Maintenance du Site : Charbel Informatique (1-17-48) - Site optimisé en résolution 1920x1080 pour Firefox